ALES.FR

Agenda 21 d’Alès Agglomération

L’Agenda 21, un guide d’actions concrètes pour faire du développement durable une réalité pour le territoire.

L'Agenda 21, c'est quoi ?

L’Agenda 21 est un guide d’actions concrètes destinées à faire du développement durable une réalité pour le territoire. Véritable feuille de route, il répertorie toutes les actions à mettre en œuvre à court, moyen et long terme en fonction de l’identité, de la culture, de la configuration économique et sociale de chaque territoire.

L'Agenda 21 intercommunal

En 2007, Alès Agglomération a été la première collectivité territoriale à déposer son Agenda 21.
Elle s’engage alors dans la réalisation de trois grandes orientations, 21 engagements et 66 actions de terrain.

picto1-Agenda-21

Apprendre à travailler ensemble et susciter l ‘envie d’être partie prenante du développement durable.

pisto2-Agenda-21

Engager un développement respectueux de la qualité, de l’environnement et de l’accueil, ouvert aux autres territoires.

picto3-Agenda-21

Mettre l’humain au cœur du développement, favoriser son épanouissement. Offrir à tous de bonnes conditions de vie.

L’agenda 21 est un outil pour le territoire communautaire afin de relever les prochains enjeux démographiques tout en maintenant son unité, son identité et une qualité de vie durable. Son caractère opérationnel l’évolution des comportements pour chaque habiant devienne un éco-citoyens à part entière.

Alès Agglomération, en tant qu’initiatrice de l’Agenda 21, ouvre la voie en appliquant à son organisation le précepte d’exemplarité.

Les engagements de l’Agenda 21 impliquent aussi tous les acteurs du territoire : le Parc national des Cévennes, la Chambre d’agriculture, les associations, les écoles,… Bien sûr, les citoyens ont eux aussi un rôle actif à jouer à titre familial et individuel en modifiant leurs comportements dans leur vie quotidienne.

De nombreux prix nationaux

Alès Agglomération et la Ville d’Alès ont déjà reçu nombre de récompenses pour les actions de développement durable engagées : Marianne d’Or, Rubans du Développement durable, Prix Energies citoyennes, Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte, Territoire Engagé pour la Nature…

Consulter la page des Labels et prix.

Suivi des actions de l'Agenda 21

Ce plan a permis la réalisation de nombreuses actions en faveur du développement durable. En voici un aperçu.

Apprendre à travailler ensemble
et susciter l’envie d’être partie prenante du développement durable.
Ouverture du Jardin Ethnobotanique Les terrasses du Bosquet

 Jardin ethnobotanique et d’acclimatation, cet espace accueille la culture de légumes, fleurs, fruits, arbres et arbustes fruitiers. Il est agrémenté dans un souci esthétique d’ornements divers et est aménagé de parterres, bosquets, point d’eau et tonnelles qui permettent la promenade, le repos, la rêverie. Le jardinage se fait avec la nature en créant un milieu équilibré où se conjuguent respect des ressources naturelles et maintien de la diversité animale et végétale.

En savoir plus.

Des sessions de sensibilisation à l’environnement
Plusieurs dispositifs pédagogiques à destination des scolaires et du grand public sont coordonnés par le Centre permanent d’initiatives pour l’environnement du Gard et permettent la mise en œuvre d’animations sur le territoire de l’agglomération. Le programme “Horizon biodiversité” est axé particulièrement sur les thématiques de la biodiversité, de l’eau et du changement climatique. Il accompagne chaque année des projets de classes sur tout le territoire d’Alès Agglomération.
La création d’un Conseil de développement

Le 16 décembre 2020, les élus d’Alès Agglomération ont créé cette instance de démocratie participative au niveau intercommunal. Son rôle ? Etre un laboratoire d’idées, un lieu de réflexion en amont des décisions publiques pour enrichir les projets concernant le territoire, un espace d’écoute et de veille pour saisir les évolutions sociétales et les dynamiques citoyennes. Le Conseil sera composé d’acteurs économiques, d’associations, de représentants d’organisations publiques, mais aussi de 25 citoyens. Ses 112 membres seront répartis dans cinq collèges.

En savoir plus.

Engager un développement respectueux
de la qualité, de l’environnement et de l’accueil, ouvert aux autres territoires.
Le renouvellement de la Charte forestière

Le Pays Cévennes mène des actions de développement forestier depuis près de dix ans. Une première Charte forestière de territoire (CFT) a été mise en œuvre de 2010 à 2015. Parmi ses réalisations : la création de quatre plateformes bois-énergie par le Pays, deux études sur la valorisation du pin maritime cévenol, l’accompagnement au développement des entreprises bois… En 2017, dans le nouveau périmètre du Pays, les élus ont souhaité relancer une Charte forestière. En 2018, suite à un diagnostic de territoire partagé (mesurant les atouts et les faiblesses et ciblant les enjeux), une stratégie de développement forestier et un plan comportant 35 actions ont été définis. La filière bois-énergie permet notamment de chauffer le Centre hospitalier Alès-Cévennes, le lycée Jacques-Prévert, ainsi que 2 500 logements du centre-ville d’Alès grâce à une chaufferie située à Tamaris.

En savoir plus sur la charte forestière.

La chasse aux fuites d’eau

Le Syndicat de l’Avène continue sa politique de remise en état de son réseau public d’eau potable, afin de réduire les pertes d’eau sur le réseau de distribution. Cette action limite les gaspillages et pérennise le patrimoine du service public d’alimentation en eau potable.
Ce syndicat assure la production d’eau potable pour 82 000 habitants et en assure la distribution dans une vingtaine de communes autour d’Alès. Il investit deux millions d’euros par an dans des travaux de rénovation des conduites, ce qui a augmenté le rendement du réseau du Syndicat de l’Avène de 58 % en 2006 à 66,4 % en 2016. Durant cette période, ce sont donc plus de 500 000 m3/an d’eau qui n’ont pas été prélevés à la ressource, diminuant par conséquent la pression sur le milieu naturel.

Développement du photovoltaïque

Des centrales photovoltaïques ont été installées en divers points du territoire et louées à des entreprises privées qui versent des redevances locatives à la collectivité.

  • Une ferme photovoltaïque a été aménagée sur la commune de Saint-Martin-de-Valgalgues : 73 350 panneaux solaires sur 30 hectares. La production annuelle s’élève à environ 8 MW, soit l’équivalent de la consommation électrique de 1 560 foyers sur une année.
  • Les 7 000 m2 de toiture du Pôle Mécanique ont été équipés, en 2011, de panneaux photovoltaïques pour une puissance de 960 KWc, soit l’équivalent de la consommation de 200 foyers par an. La production d’électricité de cette centrale représente une économie de 1 000 tonnes de CO2 chaque année.
  • À La Grand-Combe, au lieu-dit Grand Baume, Urbasolar a aménagé un champ de 7,6 hectarres avec des panneaux photovoltaïque sur un terrain de l’Office national des Forêts situé à 400 mètres d’altitude, sur l’ancienne halde minière de charbon. Avec ses 746 tables de 20 modules photovoltaïques, les panneaux représentent 2,9 hectares. La centrale produira 7 000 mégawatts-heures par an et évitera la production de 2 224 tonnes de CO2 chaque année. Les panneaux, en silicium cristallin, sont une technologie faisant appel à une ressource abondante et n’utilisant aucune substance toxique.
Lancement du Plan d’amélioration des pratiques phytosanitaires et horticoles (PAPPH)

Lancé en 2017, ce plan vise à aller plus loin dans la démarche “Zéro Phyto” et la préservation de l’environnement. Après avoir convaincu ses partenaires de tirer un trait définitif sur l’utilisation des produits phytosanitaires sur sa voirie et dans ses jardins, la municipalité alésienne a procédé à l’achat et à l’utilisation de matériel innovant tendant à remplacer les produits toxiques employés jusque-là pour réduire efficacement les herbes spontanées, par exemple.
Cette démarche comprend également un volet sanitaire en évitant d’exposer les agents et la population aux effets nocifs des produits chimiques. Elle protége également l’eau des rivières dans lesquelles ces produits ne s’épandent plus. Enfin, cette nouvelle façon de gérer les espaces végétalisés comprend un volet social, car elle favorise l’emploi de nouveaux agents.

Mettre l’humain au cœur du développement,
favoriser son épanouissement. Offrir à tous de bonnes conditions de vie.
Santé
Un hôpital labellisé Haute Qualité Environnementale

Inauguré en 2011, le centre hospitalier Alès-Cévennes (292 lits et places) est le 1er de France à avoir été construit selon des normes HQE (Haute Qualité Environnementale). Ce centre offre l’économie de 2 000 tonnes de CO2 rejetés dans l’atmosphère. Le profil environnemental de l’hôpital a été réalisé en prenant en compte les contraintes particulières liées au milieu hospitalier : énergie, déchets d’activités, qualité de l’air, …
Dans la construction de cet hôpital, des matériaux respectueux de l’environnement ont été utilisés. Il est chauffé par une chaudière à bois, dispose de panneaux photovoltaïques qui l’alimentent en électricité ou encore de panneaux solaires destinés à chauffer l’eau. Orienté en fonction du cycle du soleil, l’enveloppe du bâtiment fournit une isolation thermique optimale, avec des brise-soleil pour protéger de la chaleur.

Le Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement

L’objectif du Plan de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE) est de protéger la population de nuisances sonores excessives, de prévenir de nouvelles situations de gêne sonore et de préserver des zones de calme sur le territoire. La Ville d’Alès s’est ainsi engagée dans un PPBE pour 2019-2024, recensant les actions réalisées, en cours ou prévues. Il est accompagné d’une carte de bruits téléchargeables. Ce plan est révisé tous les 5 ans et constitue un élément de base pour l’élaboration des documents d’urbanisme.

En savoir plus.

Alimentation
Des repas bio dans les cantines scolaires
Un repas bio par semaine est proposé dans les écoles maternelles, primaires et les crèches de nombreuses communes d’Alès Agglomération. Les objectifs du Grenelle de l’environnement imposent 20 % de bio dans la restauration publique scolaire.
Transports

Déploiement du service de transport Ales’Y

En 2020, le réseau de transport de l’Agglomération a évolué vers le réseau Ales’Y. Ce service modernise, renforce et créé une nouvelle offre de transports durables.
NTecC devient Ales’Y : 138 lignes de bus, dont 16 lignes de transport à la demande (TAD), pour 148 000 voyageurs.

  • 3 navettes gratuites électriques ont été mises en place pour desservir le centre-ville d’Alès.
  • Une plateforme de covoiturage a été créée en 2019 sur l’axe Saint-Jean-du-Gard – Anduze – Alès. Depuis octobre 2021, cinq axes de covoiturage public seront totalement intégrés au réseau avec des aires de covoiturage ou d’arrêts de bus.
  • 200 vélos à assistance électrique sont proposés à la location pour un jour, un mois, un trimestre ou une année pour les habitants d’Alès Agglomération. 2 vélos “cargo” complétent l’offre.
    En savoir plus sur les itinéraires cyclables.
  • Depuis le 1er octobre 2021, 50 trottinettes à assistance électrique sont à louer.
  • Enfin, un projet de bus propulsé à l’hydrogène est en cours d’élaboration avec Keolis : entre 2024 et 2030, la moitié du parc de bus roulera à l’hydrogène.
    En savoir plus.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Direction du Développement Durable

Adresse
21 rue Soubeyranne, 30100 Alès

Téléphone
04 66 56 10 64

Courriel
developpement.durable@alesagglo.fr

Téléchargement

Téléchargez notre Agenda 21
(PDF – 5 Mo)