ALES.FR

Économie

Ergosanté Technologie livre son premier exosquelette

La jeune entreprise installée à Anduze s’affirme dans la biomécanique de pointe. Lauréate du prix audace 2016, elle livre au géant Airbus Helicopters sont premier exosquelette industriel.

Immatriculé 001, le squelette externe, fantasme des récits de science-fiction, est dorénavant fonctionnel. Ergosanté Technologie a livré, le 11 avril, son tout premier exosquelette dénommé “Shiva-Exo” à son client Airbus Helicopters. Derrière ce projet, deux hommes : Samuel Corgne et Kevin Lebel, respectivement créateur d’Ergosanté (la maison mère) et ingénieur en biomécanique. L’objectif affiché est de protéger les travailleurs des risques de troubles musculo-squelettiques (1). Autrement dit, des affections péri-articulaires qui touchent les tissus mous, tels que les muscles, les tendons ou les nerfs. Engendrés par des mouvements répétitifs, ils affectent principalement la colonne vertébrale ou les membres supérieurs et inférieurs.
1 – Les troubles musculo-squelettiques représentent 70 % des maladies professionnelles déclarées. Le nombre de cas constatés augmente de 20 % par an. Source : Le Figaro.

« Créer l’Homme préservé »

Si des technologies ont déjà été testées dans le secteur de l’industrie, “Shiva-Exo” est le premier à protéger les bras, le dos et les jambes. Tout cela sans aide électrique. Il s’agit d’une technologie “simple”, à base de lames à ressorts et d’articulations ; l’ensemble est juste mécanique.

Samuel Corgne explique : « L’idée n’est pas de créer l’Homme augmenté, mais l’Homme préservé. Notre exosquelette est un couteau suisse qui s’adapte à 98 % des morphologies ». Élaboré à partir de fibre de carbone, il ne pèse que 7 kg et dispose d’un équipement modulaire lui permettant, prochainement, de s’enrichir de nouveaux dispositifs embarqués. Après deux années de R & D en collaboration avec la branche SNCF Mobilité, l’entreprise d’Anduze est à même de produire trois exosquelettes personnalisés par mois. Une prouesse rendue possible grâce à l’impression 3D et sa grande flexibilité de production.

Un marché d’avenir

« En 2015, le marché de l’exosquelette industriel a représenté 25 millions de dollars ; en 2023, il sera de 2,8 milliards de dollars », indique Samuel Corgne. Un marché qui ne cesse de grandir tant la demande est vive : les entreprises souhaitent préserver leurs salariés exposés à l’usure. De fait, elles se protègent également de l’absentéisme et des arrêts maladie. La marge de croissance de la petite entreprise de cinq salariés et donc grande. « D’ici début 2020, nous souhaitons agrandir notre équipe en recrutant une dizaine de salariés. L’idée est de rendre notre chaîne de production la plus autonome et centralisée possible », confie Rémi Michun, responsable du développement commercial. Le dynamisme d’Ergosanté Technologie est synonyme de notoriété et de réussite économique du territoire.