ALES.FR

Budget 2020 : des impôts stables et une ville qui s’embellit

Le budget primitif de la Ville d’Alès, voté le 29 juin 2020, montre l’excellente santé financière de la collectivité.

18 sur 20 pour la qualité de la gestion financière ! Selon l’Argus des Communes, Contribuables associés, Alès figure dans le top 3 des villes les mieux gérées d’Occitanie, avec Rodez et Muret.

Cette note brillante est le résultat d’indicateurs qui sont tous au vert : un montant de dépenses de fonctionnement par habitant de 838 € (contre 1 256 € pour la moyenne des villes de même taille), seulement 2 % de charges financières, une dette qui baisse de 0,4 % par an depuis 2014, une capacité de désendettement de 5,7 années. Autant de chiffres qui situent Alès, à chaque fois, dans les tous meilleurs de sa strate.
« C’est le fruit d’un long travail, commencé en 1995, note Max Roustan, maire d’Alès depuis 25 ans. Je suis très fier de ce classement dans le top 3 régional ».

Notons que les dépenses supplémentaires liées à la crise du Covid-19 seront présentées lors du Budget supplémentaire et amorties sur plusieurs années.
Voté en séance municipale le 29 juin 2020, le budget alésien a été adopté par 36 voix pour (7 contre).

Le budget en bref

  • Budget principal : 70,8 M€, dont 47,9 M€ de fonctionnement et 22,9 M€ d’investissement.
  • Budgets annexes : 7,5 M€ (abattoir, stationnement, funéraire et Mercoirol)
  • Budget consolidé : 78,4 M€

Les impôts n’augmentent pas

En 2019, la Ville avait diminué de 1% le taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties. Ce taux reste au même niveau en 2020.

15,8 M€ de dotations de l'Etat

33 % des recettes de fonctionnement proviennent des dotations de l’Etat. L’Etat verse en effet 15,8 M€ de subventions à la Ville, notamment via la Dotation globale forfaitaire.

3,6 M€ d’excédent sur le fonctionnement

Le processus d’économies engagé en 2014 par Max Roustan, maire d’Alès, sur les dépenses de fonctionnement dans les services continue de porter ses fruits : les 3,6 M€ d’excédent dégagés sur ce budget de fonctionnement 2020 permettront à la Ville d’autofinancer de nombreux projets.

Des frais de personnel maîtrisés

Pour la troisième année consécutive, la Ville d’Alès établit un budget dans lequel les dépenses de personnel représentent moins de la moitié des dépenses globales de fonctionnement (47 % en 2020, comme en 2019 et 2018). Chose assez rare dans une collectivité, car les frais de personnel sont d’ordinaire au-dessus de 50 %, voire 60 %.

2 % de charges financières

La politique de désendettement se traduit dans le budget 2020 par une stabilisation des intérêts d’emprunts qui avaient nettement baissé en 2019. Avec 860 000 €, les intérêts d’emprunts sont identiques à ceux prévus dans le budget 2019. Comme en 2019, donc, la municipalité ne fera supporter à ses contribuables que 2 % de charges financières.

Des subventions aux associations en hausse

8 % des dépenses concernent les subventions versées aux associations, dont 1,76 M€ attribués au CCAS (+ 20 000 €) et 1,95 M€ attribués aux associations alésiennes (+ 54 000 €).

16,2 M€ pour embellir la ville

La bonne santé financière de la Ville permet de poursuivre un programme d’investissement ambitieux, dans la lignée de celui de 2019. Ainsi les dépenses consacrées à l’équipement atteignent 16,2 M€, soit 400 € par habitant, ce qui est supérieur à la moyenne nationale.
  • Sur ces dépenses d’équipement, la fin de la 1re phase des États généraux du cœur de ville se taille la part du lion avec 4,3 M€. Sont prévues notamment la fin de l’aménagement de la Maison de l’Economie sur la place des Martyrs (ex-France Telecom), la poursuite des études sur la rénovation du marché de l’Abbaye, la 2e phase de l’aménagement du jardin du Bosquet.
  • Les grosses réparations de voirie (1,4 M€)
  • Les réparations sur les bâtiments communaux : Bourse du travail, bâtiment police municipale, … (2,3 M€)
  • Les réfections dans les écoles (822 000 €)
  • L’opération “Aménagement quai rive droite” (350 000 €)
  • L’opération “Mon quartier dans ma ville” afin de répondre aux demandes d’aménagements formulées par les riverains (465 000 €)
  • Un mur d’escalade aux Prés-Saint-Jean (680 000 €)

Aménagement de la Maison de l’Économie (ex-France Telecom), place des Martyrs-de-la-Résistance.

Grosses réparations de voirie.

Programme de réfections dans les écoles.

Voie verte sur la rive droite du Gardon.

Poursuite du programme “Mon quartier dans ma ville” pour répondre aux demandes d’aménagements formulées par les riverains.

Aménagement d’un mur d’escalade, quartier des Prés-Saint-Jean.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Téléchargement

Téléchargez l’Argus des Communes, Contribuables associés