ALES.FR

Vie quotidienne

Une bulle pour tomber le masque et retrouver une vie sociale communautaire

“LaBulle” est un scaphandre filtrant autorisant les rassemblements sans masque. Un financement participatif a été lancé pour financer le projet alésien.

Emmanuel Paterne, chef de chœur, a imaginé un dispositif permettant aux chanteurs de continuer à pratiquer leur passion, une activité devenue impossible depuis plusieurs mois. Son frère, Frédéric Paterne (société Agarta), et Ugo Bimar, artiste 3D, l’ont accompagné dans ce projet dont la première vision peut effrayer le commun des mortels. « Au début de la crise sanitaire, tout le monde pensait qu’elle se terminerait rapidement. Aujourd’hui, la vie en communauté est remise en cause pour une durée indéterminée. Devant le manque de solutions, nous avons souhaité proposer quelque chose », indique Frédéric Paterne. Les trois Alésiens ont créé “LaBulle”, un scaphandre transparent, léger et qui protège efficacement les voies respiratoires et ophtalmiques de l’utilisateur, tout en lui assurant une respiration normale grâce à un système silencieux de ventilation autonome.

Inventée et prototypée sur Alès Agglo

« C’est une bulle en polymère sur laquelle vingt-sept étudiants de l’école des Mines d’Alès ont planché pour trouver le meilleur compromis entre sécurité et coût de fabrication. » Cette protection respecte le protocole sanitaire et autorise ainsi les regroupements d’individus sans aucune distanciation pour les sorties culturelles ou festives, pour les étudiants ou pour les professionnels de santé.

Durant le premier trimestre 2021, un prototype, fabriqué par 7Tech, un bureau d’études en ingénierie industrielle basé à Deaux, doit subir une batterie de tests grandeur nature. « Au-delà des tests techniques du produit, nous souhaitons aussi mesurer son acceptation par les personnes amenées à l’utiliser, mais également par les personnes claustrophobes par exemple », développe Frédéric Paterne.

Une campagne de financement participatif a été lancée afin de finaliser la phase d’étude, de produire le prototype et de réaliser les tests avant une éventuelle mise en production industrielle. Les trois associés tablent sur un produit accessible au plus grand nombre, autour des 60 €.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Téléchargement

Téléchargez le dossier de présentation

Newsletter

Vous souhaitez être informé régulièrement de l’actualité de l’Agglo ? Inscrivez-vous à la newsletter.

/ Mots-clés : ,