ALES.FR

Santé et solidarité

Une association aide les aphasiques

L’association salindroise AEGE aide les patients à s’engager dans leur nouvelle vie, suite par exemple à un accident vasculaire cérébral.

L’aphasie est la perte totale ou partielle de l’usage de la parole. « Un AVC, un accident de la circulation, une tumeur au cerveau, un traumatisme crânien : les origines d’une aphasie peuvent être nombreuses », explique Sylvain Bognanni, membre de l’association “Aphasiques
Ensemble Garder l’Envie” (AEGE).

L’association, née à Salindres en juillet 2018, est présidée par Edgar Roure. La vie de cet éducateur spécialisé a brusquement basculé en juillet 2017, à la suite d’un accident vasculaire cérébral. Après plusieurs mois d’hospitalisation et de rééducation, le moment de regagner le foyer était pour lui une autre difficulté à affronter : « Je me suis appuyé sur l’association des aphasiques de Montpellier pour préparer cette sortie. Quand vous êtes aphasique, trouver un kiné, un orthophoniste, ce n’est pas facile. Le seul recours est le médecin de famille », se souvient-il.

Ne pas se replier sur soi

Aujourd’hui, même si son corps reste meurtri, à force de rééducation, Edgar Roure se tient sur ses deux jambes et a retrouvé l’usage complet de la parole. C’est cette expérience dont il a voulu, à travers l’association, faire profiter ceux qui sont touchés par le même mal. « La tentation est grande de se replier sur soi lorsque la communication avec les valides ne passe pas. Mais c’est la pire des solutions… L’AEGE a pour vocation d’aider à la réinsertion des aphasiques dans la vie quotidienne », souligne Edgar Roure.

Avec l’aide de la municipalité de Salindres, l’association propose des après-midis de rencontres et d’échanges, deux mardis par mois. « Sortir de son isolement, c’est important pour ceux qui traversent cette épreuve. Se retrouver avec des valides leur permet aussi d’entreprendre des choses que certains pensaient appartenir au passé. Et pour les accompagnants, c’est un réel soutien de profiter de l’expérience des autres pour commencer à aménager une nouvelle vie », explique Eliette Roure, la soeur d’Edgar, qui connaît bien le rôle des aidants dans cette épreuve.

Des séances d’art-thérapie

Prochainement, l’association souhaite mettre en place des séances d’art thérapie. En outre, elle va aussi organiser des sorties culturelles ou de loisirs accessibles à tous. Affiliée à la FNAF (Fédération nationale des aphasiques de France), l’association salindroise participera en septembre prochain, dans les Hautes-Alpes, au congrès national de la Fédération. Malgré son handicap, Edgar Roure déplace des montagnes pour faire évoluer son projet au service de ceux qui sont confrontés aux difficultés qu’il connaît bien pour les avoir surmontées.

Rencontres avec l'AEGE

Les 2e et 4e mardis du mois, de 14h à 16h des rencontres avec l’association sont organisées à la salle Becmil à Salindres.

/ Mots-clés :

FERMER