ALES.FR

Actualité

Un court métrage pour la journée internationale des Droits de l’enfant

Le Conseil municipal des enfants a réalisé un court métrage avec le concours de la Direction de la communication d’Alès Agglo. Le film présente les droits établis dans la Convention relative aux droits des enfants de l’Unicef, commémorée le 20 novembre.

Membre du Conseil municipal des enfants  (CME) pour la deuxième année, Lana, en classe de 5e au collège Taisson, a représenté sa commission “Droits des enfants” constituée par Alycia, Marie, Enzo, Lina, Lana et Emma qui apparaissent à tour de rôle dans le film. « Le 20 novembre, c’est la journée internationale des Droits de l’enfant. Pour les enfants du CME, c’est une semaine très importante dans leur
mandat »
, a indiqué Léa Boyer, la conseillère municipale déléguée au CME.

Un film diffusé dans les écoles et sur les réseaux sociaux

Les actions de terrain habituellement réalisées par le CME étant impossibles à l’heure actuelle, la commission a imaginé un court métrage pour présenter aux écoliers et collégiens alésiens la Convention internationale des droits de l’enfant, établie par l’Unicef en 1989. Le film sera envoyé aux établissements et largement diffusé sur les réseaux sociaux. « Je trouve que c’est bien de faire un film sur ce sujet car on oublie parfois que les enfants ont des droits, et que d’autres n’en ont pas », a développé Lana. « Nous mettons en place un programme pédagogique avec les enfants du CME, a décrypté Jérôme Cambier, coordinateur du conseil des jeunes. Le film commence par le droit principal de la Convention, à savoir : tout enfant dans le monde a droit à une identité. »

À la naissance de l’esprit citoyen des jeunes et des futurs adultes

L’Unicef estime à 230 millions le nombre d’enfants qui n’ont pas d’identité à travers le monde dès leur naissance. Des « enfants fantômes » qui font l’objet d’abus et de violences sous toutes formes d’exploitation.

« Nos enfants, à Alès, grâce au CME, s’emparent de sujets qui les concernent et qui leur permettent de se constituer un esprit citoyen tout en prenant conscience de leur place dans le monde par rapport à d’autres enfants », a soutenu Christophe Rivenq, président d’Alès Agglomération, collectivité qui a rejoint la Convention depuis 2015.

Le court métrage dans lequel apparaissent les cinq jeunes membres de la commission ainsi que leur élue Léa Boyer développe ensuite les droits fondamentaux de la Convention : le droit d’être soigné, d’être protégé des maladies, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée, d’être protégé de la violence ou contre toutes les formes de discrimination. Tourné au sein d’une école de la ville, le film se termine sur le droit à l’éducation et sur le fait que si nous avons des droits, nous avons également des devoirs. « Notre méthode : nous leur apprenons au sein du CME qu’ils ont droit au respect, à être écouté et qu’en retour, ils doivent eux aussi respecter les adultes et leurs camarades », a précisé Jérôme Cambier.

Une formule qui fonctionne et qui porte ses fruits comme l’a rappelé Max Roustan, maire d’Alès : « Les deux conseillères en charge du CME, Méryl Debierre précédemment et maintenant Léa Boyer, ont été membres du CME. C’est formateur ! »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Newsletter

Vous souhaitez être informé régulièrement de l’actualité de l’Agglo ? Inscrivez-vous à la newsletter.

/ Mots-clés : ,