ALES.FR

Économie

Les transports Capelle créent un Pôle industriel et d’innovation à Alès

Le leader européen des transports exceptionnels, basé à Vézénobres, a racheté les anciens ateliers de Richard-Ducros, à Alès, pour y regrouper des activités devenues très diverses au fil des récentes croissances du groupe.

« C’est un beau pari de redévelopper ses activités industrielles en cœur de ville », lance Jean-Daniel Capelle, président du groupe familial Capelle basé à Vézénobres. Un investissement de 2,5 M€ visant à faire des 5,5 hectares de friches industrielles, autrefois occupés par l’entreprise Richard-Ducros, le centre opérationnel névralgique du groupe. Au pied de la Montée de Silhol, à Alès, les travaux sont en cours depuis 2019 et s’achèveront d’ici cet été pour donner naissance au Pôle Industriel et d’Innovation Capelle.

20 000 m2 d’ateliers industriels rénovés

Celui-ci se déploiera sur 2 000 m2 de bureaux et 20 000 m2 de bâtiments et ateliers qui fleurent bon l’âge d’or de la chaudronnerie, avec des dimensions vertigineuses et des ponts roulants pour construire et manipuler les imposantes charpentes métalliques dont l’entreprise Richard- Ducros était experte. « Une vraie pépite », dixit Laurent Condomines, le directeur du Pôle Industriel et d’Innovation Capelle.
« Quand on se souvient de la pression immobilière qu’il y avait sur ce site que nous avons repris en 2011 après la liquidation judiciaire de Richard Ducros… se remémorent Max Roustan, maire d’Alès, et Christophe Rivenq, président d’Alès Agglomération. La logique aurait été de tout raser et de classer le terrain en zone à urbaniser. Mais des outils de travail comme celui-là, il faut être fou pour les détruire. Nous avons tenu bon et nous nous félicitons de voir le site se réindustrialiser, qui plus est avec une entreprise locale en pleine croissance ».

La volonté de se développer et de se projeter dans l’avenir

Du transport conventionnel de charbon en provenance des houillères du bassin alésien dans les années 1950 aux transports exceptionnels des Airbus A380 dans les années 2000 ou, actuellement, du réacteur de fusion ITER (lire ci-dessous), l’entreprise Capelle n’a cessé de croître en 70 ans d’existence. En 2019, avec le rachat d’AltéAd (n°2 français du secteur), Capelle a finalisé sa neuvième acquisition d’entreprises en trois ans, donnant au groupe une empreinte européenne forte : 22 % de l’activité sont réalisés à l’international. Il est aujourd’hui nécessaire de consolider cette position.

« Le Pôle Industriel et d’Innovation Capelle traduit notre volonté de développer nos activités et de nous projeter dans l’avenir : en nous permettant d’industrialiser l’offre en transports exceptionnels, de diversifier nos prestations et d’imaginer dès aujourd’hui le transport de demain à l’aide d’un Think Tank technologique », trace Jean-Daniel Capelle.

Les activités phares de Capelle regroupées

D’ici cet été, le site alésien réunira l’agence de transport Capelle Oversize (convois exceptionnels très lourds), la filiale KMH (négoce et location de camions, distribution de pièces de rechange), Euro Team Capelle (l’unique école de conduite de convois exceptionnels en Europe créée en 2004 à Saint-Hilaire-de-Brethmas), la filiale Méca Industrie (chaudronnerie pour la fabrication de pièces destinées aux matériels roulants ou la réparation de bennes), un bureau d’études et la nouvelle activité de rénovation des camions sur laquelle Capelle mise gros : « En conservant par exemple le châssis d’une remorque, en le rénovant et en y associant un équipement neuf, on peut prolonger d’une dizaine d’années la durée de vie d’un semi-remorque », explique Laurent Condomines. Cette nouvelle activité, inscrite dans une véritable logique d’économie circulaire, va rendre plus concret l’engagement de Capelle dans une démarche de développement durable. Le Pôle de la Montée de Silhol apportera l’espace et les synergies nécessaires au développement de cette activité d’avenir. « L’objectif est de passer dans un premier temps d’une dizaine de semi-remorques par an à une soixantaine », affiche Laurent Condomines.
Pour mettre en musique toutes ces activités, le Pôle Industriel et d’Innovation Capelle verra arriver quarante salariés sur le site alésien cette année et générera la création de vingt emplois supplémentaires à court terme.

Les travaux de dépollution, de désamiantage et d’isolation sonore sont en cours dans les ateliers qui seront aussi équipés de 17 000 m² de panneaux photovoltaïques.

Un Pôle Industriel et d’Innovation pour…

… S’emparer de la problématique du “dernier km”

Avec sa nouvelle implantation en centre-ville, Capelle veut s’emparer de la problématique du “dernier km” à Alès pour réduire l’impacte écologique des livraisons. À savoir la mise en place d’une plateforme relais permettant aux camions de ne plus avoir à entrer en ville pour livrer en porte-à-porte. Capelle assurerait ce service au moyen de véhicules propres.

… Développer l’hydrogène vert

Le Pôle Industriel et d’Innovation Capelle souhaite se positionner pour accueillir une unité de production d’hydrogène vert servant de carburant. La première pierre d’une filière innovante dans la région, qu’Alès Agglomération soutient depuis de nombreuses années lors des Rencontres Internationales des Véhicules Écologiques qui se déroulent au Pôle Mécanique d’Alès.

… Renforcer la position de leader européen

Dernière innovation en date sortie des ateliers de la Montée de Silhol, la conception d’une remorque unique de 384 roues et autopropulsée par deux groupes hydrauliques synchronisés, destinée à acheminer jusqu’en 2023 les pièces du réacteur de fusion du programme ITER. Des colis de 450 à 600 tonnes, les plus lourds jamais transportés sur route par Capelle.

Richard-Ducros, l’histoire du site d’Alès

Les établissements Richard-Ducros ont été créés en 1868 en centre-ville d’Alès et il ne s’agissait alors que d’un petit atelier de serrurerie… C’est en 1925 que l’entreprise bâtit son usine de la Montée de Silhol pour développer la chaudronnerie industrielle et fabriquer des constructions métalliques (charpentes, poutres, ponts, pylônes, …).

Richard-Ducros, dont le site alésien s’est fortement modernisé et agrandi de 1943 à 1955, a fait l’âge d’or industriel d’Alès. Rachetée par le groupe Fayat en 2010, l’entreprise est mise en liquidation dès 2011.
Un traumatisme pour l’économie locale que la Ville d’Alès et Alès Agglomération ont tenté d’amoindrir en sauvegardant le patrimoine industriel et en créant des conditions favorables à la reprise d’activité sur le site.

En 2012, grâce à ces efforts, trois entreprises réinvestissent les ateliers de la Montée de Silhol, mais prennent de plein fouet la crise économique.

La préservation de la friche et des outils par la collectivité permet aujourd’hui au groupe Capelle d’écrire son chapitre de l’histoire industrielle d’Alès.

Les 20 000 m² d’ateliers de Richard-Ducros, à la Montée de Silhol, ont été sauvegardés par la Ville d’Alès et Alès Agglo.

Capelle, une entreprise familiale internationale

René Capelle crée l’entreprise aux Salles-du-Gardon en 1951 pour acheminer des matériaux de construction et le charbon des mines cévenoles dans les départements voisins.
70 ans plus tard, les Transports Capelle sont implantés dans sept pays européens et à proximité de tous les grands ports (Anvers, Zeebruges, Rotterdam, Hambourg, Marseille). L’entreprise familiale a su développer sa spécialité autour des convois spéciaux dès les années 1960, jusqu’à la signature de prestigieux contrats, comme avec Airbus à partir de 2002 (272 avions A380 transportés).
À partir de 2015, le groupe Capelle a pratiqué une politique de croissance externe lui conférant une position de leader européen des transports exceptionnels et sensibles (aéronautique, ferroviaire, spatial, éolien, nucléaire).

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Newsletter

Vous souhaitez être informé régulièrement de l’actualité de l’Agglo ? Inscrivez-vous à la newsletter.

/ Mots-clés : ,