ALES.FR

Environnement

Le Gardon d’Alès est monté à 2,50 mètres samedi 23 novembre

À Alès, la cote du Gardon est passée de 50 cm vendredi après-midi à 2,50 mètres samedi matin. Heureusement, aucun dégât n’est à déplorer.

Les trombes d’eau qui se sont abattues sur la ville et l’agglomération dans la nuit du 22 au 23 novembre ont pu s’écouler sans dommage. A Alès, les avaloirs étaient curés, Alès Plage était démonté depuis début septembre et la passerelle près du Pont Vieux avait aussi été enlevée. Dans sa traversée du centre-ville, le Gardon s’est étalé sur toute la largeur de son lit, noyant le parking du Gardon-bas, que la municipalité avait fait évacuer dès vendredi matin.

« La cellule de crise a été mise en place en mairie dès 4 heures du matin », précise Max Roustan, maire d’Alès. Lequel confie avoir « eu peur » car « l’eau montait de 20 centimètres par heure ». Pour autant, avec la diminution puis l’arrêt des pluies, le pic de crue a été atteint vers 10 heures, à 2,50 mètres, puis le Gardon d’Alès a commencé à descendre.

Les équipes des services Nature et Propreté de la Ville s’employaient dès lors à dégager les rues.

Nettoyage du parking du Gardon-bas dimanche matin

Dimanche matin, le Gardon avait regagné son lit et les agents du Pôle Environnement Urbain ont œuvré pour dégager, sécuriser et nettoyer les berges et surtout rendre accessible le parking du Gardon-bas et le rendre au stationnement dès lundi. « Nous avons ramassé et évacué 50 tonnes d’embâcles, de troncs, de branches et de boue » note Ghislain Bavre, directeur du Pôle.

Bonne nouvelle : la faune du plan d’eau (oies, cygnes et canards) se porte bien.

Plus de peur que de mal donc pour cet épisode cévenol !

/ Mots-clés :

FERMER