ALES.FR

Culture

Le Cabri d’Or sélectionne 9 livres finalistes

Le 33e prix littéraire cévenol sera attribué le 8 novembre à un ouvrage élu par le jury parmi une sélection finale de grande qualité.

« Ce prix incarne le renouveau d’une littérature qui retrouve les racines françaises rurales. Il symbolise la Résistance territoriale des Cévennes, dont les valeurs sont universelles ». Marion Mazauric, présidente du jury du Cabri d’Or, n’y va pas par quatre chemins pour qualifier la montée en puissance du prix littéraire cévenol, porté par l’Académie cévenole et Alès Agglomération. La preuve, le jury a reçu cette année des ouvrages publiés par des éditeurs parisiens très renommés, comme Le Seuil ou Albin Michel. « Ce qui est une première ».

Sur 13 livres reçus, le jury a sélectionné 9 finalistes, parmi lesquels il faudra élire le Cabri d’Or 2019, le 8 novembre. Verdict dans la foulée, à 11h, en salle des Etats de la Mairie d’Alès.

« Ce prix est très prisé » rappelle le maire d’Alès et président de l’Agglo, qui pointe « la dotation importante » – 5 000 euros – financée par Alès Agglomération.

Un film et une série TV sur deux romans primés

Chaque année depuis 33 ans, le Cabri d’Or récompense des œuvres littéraires mettant en valeur les Cévennes, soit comme sujet, soit comme récit, soit comme personnage.

L’illustre Pierre Rabhi a été le premier lauréat du Cabri d’Or en 1984 et les derniers prix ont mis en lumière de jeunes auteurs comme Anne Bourrel (prix 2016) ou encore Colin Niel (prix 2017), dont le roman Seules les bêtes vient de faire l’objet d’une adaptation au cinéma (sortie le 4 décembre prochain). Le lauréat 2018, Vincent Ravallec, avec Sainte-Croix les Vaches, a écrit la suite de ce roman désopilant qui va inspirer prochainement une série télé.

En somme le Cabri d’Or prend du galon et se scénarise, ce qui est une bonne nouvelle à la fois pour ce prix valeureux comme son animal totémique et pour le territoire cévenol dont il est l’étendard.

Les 9 finalistes 2019

Alto Braco, Vanessa BAMBERGER, Éditions Liana Levi, Paris.
Les mal-aimés, Jean-Christophe TIXIER, Éditions Albin Michel, Paris.
Les imprudents, Olivier BERTRAND, Éditions du Seuil, Paris
La lettre à Émilie, René BARRAL, Éditions De Borée, Riom.
« Qui a tué l’homme-homard ? », Jean-Marcel ERRE, Éditions Buchet Chastel, Paris.
Au temps de la male bête, Lucien VASSAL, Éditions Paul Tacussel, Marseille.
La vie de radeau, Jacques LIN, Éditions Le mot et le reste, Marseille.
Nuits des Cévennes, Parc National des Cévennes, Éditions Le Rouergue, Paris.
Tu ne verras jamais Venise, Thierry DAULLE, Éditions Du Lys Bleu, Paris.

/ Mots-clés : , , ,

FERMER