ALES.FR

Santé et solidarité

La maison de santé de La Grand-Combe est inaugurée

La maison pluri-professionnelle “Simone-Veil“, ouverte depuis le mois de mai, abrite une quinzaine de soignants et un laboratoire d’analyses.

Il aura fallu une dizaine d’années pour que le projet de maison de santé pluri-professionnelle de La Grand-Combe “Simone-Veil” puisse voir le jour.

La structure qui fonctionne depuis le mois de mai, a été inaugurée le 27 juin par le maire Patrick Malavieille en compagnie de Max Roustan président d’Alès Agglomération, de la présidente de l’association des professionnels de santé Brigitte Bouzige et du délégué départemental de l’Agence Régionale de Santé, Claude Rols.

Ce long délai entre la première réunion et la mise en service traduit la complexité de ce dossier qui portait en lui « l’espoir de voir se développer et se pérenniser l’offre de soin sur le territoire » comme l’a rappelé Patrick Malavieille.

Cette structure, installée esplanade Ferdinand-Durand est née par la volonté du Pays Grand-Combien et s’est achevée sous l’égide d’Alès Agglomération, après la fusion des intercommunalités en 2017. « Ce qui montre que, lorsqu’on s’y met tous ensemble, on arrive à faire avancer les choses » en a conclu Max Roustan.

Des médecins, au laboratoire

Le bâtiment comprend une surface totale de 1100 m2, dans lequel exercent déjà trois médecins généralistes, huit infirmières DE, un kinésithérapeute, un orthophoniste, un pédicure, une sage-femme mais aussi, une à deux fois par semaine, une diététicienne, un psychologue ou encore un orthoptiste.
Un laboratoire d’analyses médicales y a même trouvé sa place. « Cette proximité est pour nous praticiens, un très grand confort. Nous pouvons ainsi échanger au quotidien sur les dossiers des patients » explique le docteur Marie-Laure Pons.

Un aménagement apaisant

À l’issue des discours inauguraux, le public a pu à son tour, déambuler dans les couloirs. Teintes sobres, éclairage apaisant, espaces généreux, les choix de l’architecte ont été judicieux. « J’ai suivi mon médecin qui a déménagé ici. On peut facilement stationner et si on doit faire des analyses ou voir un autre professionnel de santé, c’est très pratique » commentait un patient.

Dans un délai très proche, d’autres praticiens pourraient intégrer cette nouvelle structure. Elle concerne un bassin de vie de plus de 12 000 habitants sur un territoire classé comme vulnérable parmi 33 autres, par le Plan Régional de Santé.

D’un montant de 2,3 M €, ce projet a bénéficié du soutien de l’État (540 000 €), du Conseil départemental (193 000 €), de l’Europe (381 000 €) adossés à un autofinancement d’Alès Agglomération de 1,2 M €.

/ Mots-clés :