ALES.FR

Actualité

La clinique Bonnefon d’Alès a recours à l’hypnose médicale

Une équipe de cinq anesthésistes-réanimateurs ont recours à l’hypnose thérapeutique afin d’accompagner au bloc opératoire des patients anxieux ou douloureux. L’établissement de santé alésien s’est tourné vers une technique de réalité virtuelle mise au point par une start-up régionale.

Désormais, le bloc opératoire de la Nouvelle Clinique Bonnefon utilise une technique innovante afin d’améliorer la qualité de la prise en charge des patients.

Non médicamenteux, ce procédé fait appel à l’hypnose médicale en utilisant un casque de réalité virtuelle. Plongé dans un monde apaisant aux lumières tamisées et baigné d’une musique douce stimulant son imaginaire, le patient perçoit moins de stress préopératoire. 

Chaque séance dure quinze minutes et peut être prolongée sans limites de temps et sans surcoût pour les utilisateurs.

Une alternative aux solutions médicamenteuses

Une équipe de cinq anesthésistes-réanimateurs, dont deux anesthésistes titulaires du Diplôme Universitaire Hypnose à Paris et à Montpellier, ont recours à l’hypnose thérapeutique. Ils estiment que ce casque de réalité virtuelle est, « une alternative formidable aux solutions médicamenteuses, non dénuées d’effets secondaires, qui est proposée aux patients anxieux ou douloureux ».

Cette technique permet en effet de supprimer le recours au médicament hypnotique avant l’anesthésie de certains patients.

« Sereine et détendue au moment préopératoire »

Cette aide thérapeutique est proposée quotidiennement à une dizaine de patients. « La technique est adaptée à toutes les pathologies », assurent les médecins.

Le patient est informé dès la consultation d’anesthésie de la possibilité d’utiliser le casque de réalité virtuelle. Il peut le demander, s’il le souhaite, dès son arrivée au bloc opératoire. Aucune condition particulière n’est au préalable exigée. Hormis bien sûr l’accord du patient avant l’intervention.

Une patiente ayant eu recours à l’hypno-relaxation en décrit les effets positifs : « De nature anxieuse, le casque m’a permis d’être beaucoup plus sereine et détendue au moment préopératoire. Je recommande sans hésiter cette expérience aux autres patients. »
Cette nouvelle technique médicale a été mise au point par la start-up CAYCEO, basée à Montpellier.

Newsletter

Vous souhaitez être informé régulièrement de l’actualité de l’Agglo ? Inscrivez-vous à la newsletter.

FERMER