ALES.FR

États généraux

Consultation téléphonique : les actions emblématiques passées au crible

Du 10 au 13 avril, la municipalité d’Alès a mené la 2e consultation téléphonique des États généraux du cœur de ville. Voici les résultats.

Quel impact ont les actions des États généraux sur le quotidien des usagers du centre-ville d’Alès ? C’est ce qu’a voulu mesurer la municipalité lors de la consultation téléphonique lancée au mois d’avril (1) : « L’appréciation donnée nous permet d’évaluer si le rendu des actions correspond aux attentes des Alésiens, justifie Max Roustan, maire d’Alès. Et éventuellement de corriger le tir sur certains points, car l’opération n’est pas finie, c’est important de ne pas faire fausse route ».

7 551 foyers joints

En mars 2017, une première consultation téléphonique et internet avait déjà eu lieu pour valider les premières actions des États généraux à mettre en œuvre, issues des douze ateliers de réflexion organisés avec les citoyens. Deux ans plus tard, 22 actions sur 38 ont été réalisées et 10 autres sont en cours.

En 2019, les 7 551 foyers joints (ce qui représente plus de la moitié des Alésiens disposant d’un numéro de téléphone dans l’annuaire) ont ainsi eu le recul nécessaire pour se prononcer sur les mesures les plus emblématiques : la propreté des espaces publics, la piétonisation du samedi, la gratuité de stationnement d’une heure, les espaces partagés, les navettes Ales’Y, la mise en valeur des espaces publics, etc.

1 – Consultation réalisée par l’agence Connaissances, cabinet spécialisé dans la conduite des opérations de consultation téléphonique.

Les chiffres de l’enquête

  • 7 551 foyers joints.
  • 2 035 questionnaires remplis, dont 1 941 remplis complètement.
  • 483 messages laissés sur la boîte vocale.

Question 1 - La Ville d’Alès a lancé en 2016 les États généraux du cœur de ville. Pensez-vous que ceux-ci ont un impact positif sur le développement et l’attractivité d’Alès ?

0 %
Oui, vraiment​
0 %
Oui, plutôt
0 %
Non, pas vraiment​
0 %
Non, pas du tout
0 %
Sans opinion

9 Alésiens sur 10 plébiscitent les États généraux du cœur de ville​

L’analyse : Bien avant que le sujet ne devienne national, la Ville d’Alès a lancé des États généraux auprès des habitants de son territoire pour s’emparer de la redynamisation de son cœur de ville de manière concertée.

« Nous avons décidé de frapper fort, en moins de quatre ans et sur tous les fronts, de façon coordonnée : la voirie, le commerce, l’habitat, la propreté, le stationnement, l’aménagement de l’espace public, la modernisation des équipements, … C’est une opération de co-construction conduite tambour battant », résume Max Roustan, maire d’Alès.

Trois ans après le lancement de l’opération, près de 88 % des Alésiens estiment que l’impact est positif. Moins de 1 % est convaincu du contraire… C’est ce qui s’appelle un plébiscite.

Question 2 - Dans le cadre des États généraux du cœur de ville, la municipalité a acheté des nettoyeuses et des aspiratrices modernes. Avez-vous constaté une amélioration de la propreté des espaces publics ?

0 %
Oui, vraiment​
0 %
Oui, plutôt
0 %
Non, pas vraiment​
0 %
Non, pas du tout
0 %
Sans opinion

La propreté s’est améliorée pour 74 % des sondés​

L’analyse : Pour plus de 74 % des personnes interrogées, la propreté s’est améliorée dans les rues d’Alès. « Les plus de 60 ans, très sensibles à ce sujet, sont les plus nombreux à être convaincus d’une amélioration (77 %, NDLR). C’est un bon indicateur », estime Max Roustan.

La lutte contre les incivilités n’est pas évidente… La municipalité d’Alès a donc déployé les grands moyens : renforcement des équipes de nettoiement, création d’une semaine dédiée à la Propreté chaque année, mise en service de nouvelles balayeuses et machines de nettoyage électriques dénommées “gluttons”, création d’une Brigade d’intervention Propreté.

Question 3 - En 2017, la Mairie a instauré la piétonisation de plusieurs rues du centre-ville le samedi. Êtes-vous satisfait de cette mesure ?

0 %
Oui, vraiment​
0 %
Oui, plutôt
0 %
Non, pas vraiment​
0 %
Non, pas du tout
0 %
Sans opinion

Près de 90 % des Alésiens sont attachés à la piétonisation

L’analyse : 88 % des usagers apprécient de pouvoir profiter de rues piétonnes le samedi. L’attachement à cette mesure est encore plus fort pour ceux qui habitent en cœur de ville (90 %). 

Si 8 % des Alésiens ne semblent pas convaincus par la piétonisation, seulement 1,79 % y est vraiment hostile.

« Lorsque nous avons lancé la piétonisation en 2017, nous avions bien précisé qu’il s’agissait d’une expérimentation, rappelle Max Roustan. Là, les chiffres parlent d’eux-mêmes et je crois que l’on peut dire que l’essai est transformé. Pour autant, nos États généraux du cœur de ville sont basés sur le triptyque usagers-mairie-commerçants. Nous poursuivons donc le dialogue avec ces derniers, au cas par cas et rue par rue, pour tenir compte de leurs remarques ».

Question 4 - Pensez-vous que la création d’espaces partagés entre les piétons et les véhicules dans les rues Taisson, Beauteville et d’Avéjan favorise la fréquentation du cœur de ville ?

0 %
Oui, vraiment​
0 %
Oui, plutôt
0 %
Non, pas vraiment​
0 %
Non, pas du tout
0 %
Sans opinion

Autos/piétons : oui aux “Espaces partagés”

L’analyse : Là encore, une large majorité d’Alésiens (74 %) pense que l’action a un effet positif sur la redynamisation du cœur de ville. 

« Le retour que j’ai des commerçants est également positif, affirme Max Roustan. La plupart apprécient de garder un flux de circulation devant leurs vitrines et reconnaissent que les piétons circulent dans de meilleures conditions que sur des trottoirs étriqués ».

Testée très prudemment dans la rue Taisson, la mise en “Espace partagé” a rapidement convaincu les riverains et commerçants de la rue Beauteville et du haut de la rue d’Avéjan.

Des travaux similaires sont également en cours rue Docteur Serres et sont à l’étude sur la partie basse de la rue d’Avéjan…

Question 5 - Depuis 2018, pour favoriser un meilleur accès aux commerces, la Mairie propose une heure de stationnement gratuit… Cette heure de stationnement gratuit vous incite-t-elle à venir plus souvent en centre-ville ?

0 %
Oui, je viens plus souvent​
0 %
Non, je ne viens jamais en centre-ville
0 %
Non, pas vraiment​
0 %
Sans opinion

La gratuité du stationnement favorise l’attractivité du centre-ville

L’analyse : Plus de la moitié des Alésiens interrogés estime que la nouvelle politique tarifaire de stationnement les motive davantage pour venir en centre-ville.

Depuis 2018, la Ville propose en effet une heure gratuite en surface, dans l’hyper-centre, et dans les cinq parkings souterrains qui ceinturent le centre-ville (2h le samedi).

« Cette mesure n’a pas été simple à expliquer au départ, il y a eu un peu de confusion, mais douze mois plus tard, les chiffres de fréquentation des parkings de structure que nous gérons ont explosé (+ 32 % entre 2017 et 2018, NDLR). Nous avons ici la confirmation que les usagers se sont bien approprié cette mesure », se félicite Max Roustan.

Question 6 - Afin de fluidifier la mobilité, la Mairie a mis en place en septembre 2017 une nouvelle navette Ales’Y, de couleur orange. À quelle fréquence utilisez-vous les navettes gratuites Ales’Y ?

0 %
Quotidiennement
0 %
Souvent
0 %
Occasionnellement
0 %
Je n’ai jamais utilisé les navettes

Si vous utilisez les navettes, êtes-vous satisfait de ce service ?

0 %
Oui, vraiment​
0 %
Oui, plutôt
0 %
Non, pas vraiment​
0 %
Non, pas du tout
0 %
Sans opinion

Les navettes Ales’Y : un service qui prend sa place

L’analyse : Depuis septembre 2017, ce ne sont plus deux, mais trois navettes, qui quadrillent le centre-ville d’Alès et desservent les principaux parkings, du lundi au samedi, le tout gratuitement et de 7h30 à 19h30. Bref, un vrai service public que plus de la moitié des sondés déclare utiliser. 

Pas étonnant que la fréquentation des navettes Ales’Y ait fait un bond de 31 % entre 2017 (110 000 voyageurs) et 2018 (160 000 voyageurs). 

« Nous voyons que c’est un service de qualité, qui fonctionne très bien », apprécie Max Roustan. En effet, plus de 88 % des personnes qui empruntent les navettes Ales’Y en sont satisfaites.

Question 7 - Le projet de modernisation des Halles de l’Abbaye est en cours. La rénovation du bâtiment, de nouvelles animations et de nouveaux services sont prévus. Actuellement, diriez-vous que vous fréquentez les Halles de l’Abbaye :

0 %
Souvent
0 %
Occasionnellement
0 %
Je ne fréquente pas les Halles de l’Abbaye

Pour que les Halles de l’Abbaye soient plus attractives, quel nouveau service souhaiteriez-vous y trouver à l’avenir :

0 %
Des étals ouverts toute la journée
0 %
Des animations festives régulières
0 %
Des espaces dégustation
0 %
Un restaurant proposant des produits du terroir
0 %
Je trouve que les Halles sont déjà suffisamment attractives
0 %
Sans opinion

La modernisation des Halles de l’Abbaye est une priorité

L’analyse : Près de 78 % des Alésiens fréquentent les Halles de l’Abbaye. « Le projet de rénovation et de modernisation apparaît donc comme une priorité pour la municipalité », confirme Max Roustan. 

Le travail est déjà engagé, en concertation étroite avec les étaliers et les commerçants alentour. L’objectif, qui est de renforcer l’attractivité du marché couvert, passera par un coup de neuf esthétique, mais aussi par une réorganisation intérieure. 

Sur ce point, les clients font principalement remonter deux souhaits : 39 % apprécieraient de pouvoir déguster les produits sur place (sur des “espaces dégustation” ou dans un restaurant) et 18 % souhaitent une ouverture des étals toute la journée.

Question 8 - La place du Temple, la place de la Libération et la place Péri ont été récemment réaménagées, avec des pelouses, des jeux pour enfants, des fontaines et des éclairages modernes. Êtes-vous satisfait de cette valorisation ?

0 %
Oui, vraiment​
0 %
Oui, plutôt
0 %
Non, pas vraiment​
0 %
Non, pas du tout
0 %
Sans opinion

90% des Alésiens aiment leurs nouveaux espaces publics

L’analyse : « Les États généraux étaient l’occasion d’accélérer l’embellissement de nos rues et de nos places. Et c’était aussi le souhait qu’ont fait remonter les usagers du centre-ville à travers les ateliers de concertation », confie Max Roustan.

Même dans pareil cas, cela reste une gageure de satisfaire tout le monde… Gageure tenue : 90 % des Alésiens trouvent réussis les travaux effectués jusqu’à présent. « Les projets ont été bien partagés : nous avons montré les plans, nous avons expliqué et nous avons tenu compte des remarques pour effectuer des ajustements. »

Question 9 - Pour quelle raison principale vous rendez-vous au cœur de ville ?

0 %
En raison de la gratuité du stationnement pendant une heure
0 %
Pour l’offre commerciale
0 %
Pour vous promener dans les rues et les places rénovées
0 %
Pour profiter des animations festives et de l’offre culturelle

Le cœur de ville d’Alès est de plus en plus attractif

L’analyse : Cette consultation, réalisée sur un échantillon de personnes représentatif de la population alésienne, montre que le cœur de ville possède deux principaux atouts : une offre commerciale attrayante et des rues agréables pour s’y promener et faire ses emplettes. 

« Je suis heureux, je pourrais aussi dire soulagé, de constater que les efforts payent, indique Max Roustan. Les deux atouts qui se détachent – la qualité des rues et des places et l’attractivité des commerces – sont les conditions essentielles d’un cœur de ville vivant ». 

Cette tendance confirme également la réussite du réaménagement de l’espace public (question précédente) visant à rendre le cœur de ville plus agréable.

Question 10 - Dans la continuité des États généraux du cœur de ville, la Ville d’Alès a créé l’opération “Mon quartier dans ma ville” pour co-construire l’avenir des quartiers avec les habitants. Avez-vous participé à ces rencontres ?

0 %
Oui
0 %
Non
0 %
Je n’en ai pas entendu parler

Pensez-vous que cette nouvelle formule, participative et citoyenne, est plus efficace que les anciennes réunions de quartiers ?

0 %
Oui, vraiment​
0 %
Oui, plutôt
0 %
Non, pas vraiment​
0 %
Non, pas du tout
0 %
Sans opinion

Dans les quartiers, la nouvelle concertation plaît à 82 % des participants

L’analyse : Plus de 82 % des Alésiens estiment que cette formule de concertation est plus efficace que les anciennes réunions de quartiers, qui étaient pourtant très appréciées… 

« Les habitants veulent aujourd’hui participer activement à la co-construction des projets, être force de proposition plutôt que simplement critiques, analyse Max Roustan qui souligne encore plus cette tendance chez les 25-39 ans.

Si le taux de participation à ces réunions peut paraître faible sur le papier (18 %, 22 % chez les 25-39 ans), il est conforme aux attentes de la municipalité : « C’est très difficile de mobiliser physiquement les habitants, pris dans le tourbillon de la vie quotidienne, sur plusieurs soirées d’ateliers de réflexion. Nous avons vu que beaucoup de riverains s’étaient regroupés pour désigner un représentant, explique Max Roustan. Ce qui compte c’est la qualité des échanges que nous avons eus ». 

Quelques semaines à peine après les réunions, les premières actions ont pris forme dans les quartiers alésiens.

/ Mots-clés :

FERMER