ALES.FR

Vie quotidienne

Bilan : + 30 % de fréquentation en 2018 pour les navettes Ales’Y

16 mois après le lancement d’une 3e navette gratuite en cœur de ville d’Alès, la municipalité évalue la réorganisation de ses transports en commun.

17760 : c’est le nombre de voyageurs que les navettes Ales’Y transportent en moyenne chaque mois. Un service public apprécié depuis juin 2010 et le lancement de la première navette Ales’Y (couleur bleue) pour relier les parkings du Gardon aux rues commerçantes d’Alès. « Il y a quasiment une décennie, la municipalité se penchait déjà sur les questions d’attractivité du cœur de ville et de mobilité », rappelle Max Roustan, maire d’Alès. En septembre 2013 a été créée la deuxième ligne (couleur verte) pour balayer l’axe est-ouest.

158 122 voyageurs en 2018

À travers les États généraux du cœur de ville d’Alès, les usagers et commerçants ont montré leur attachement à ce service, incitant Max Roustan à créer l’action n° 17, spécifique à la réorganisation des transports : « Nous avons lancé la troisième navette Ales’Y (couleur orange, NDLR) en septembre 2017, mais il fallait aller encore plus loin, évoque le maire d’Alès. C’est donc tout le réseau de bus d’Alès et de son agglomération qui a été restructuré, avec des correspondances mises en place entre les gros bus et les navettes Ales’Y, ainsi que des lignes de bus modifiées ou créées ». Résultat : la fréquentation des trois navettes fait un bond de 30 % entre 2017 (110 055 voyageurs) et 2018 (158122 voyageurs).

Pour accompagner ce changement, l’amplitude des navettes Ales’Y a été étendue : elles circulent de 7h30 (contre 9h30 auparavant) à 19h30, du lundi au samedi, toute l’année. L’application mobile “Zenbus” a également été déployée pour visualiser en direct sur son smartphone la position des véhicules. Et pour les usagers n’ayant pas de smartphone, 9 écrans d’information ont été implantés dans le cœur de ville pour leur permettre de disposer de ces informations. Un seul objectif : « Faciliter les déplacements en centre-ville », insiste Max Roustan.

/ Mots-clés : , ,

FERMER